CATÉGORIES


Soutenance de thèse sur le contrôle des émissions de N2O par l’état structural des sols – F. POINCOT (INRA)

PESAa / AIR / SOL / SCIENTIFIQUE /

Soutenance de thèse de Florian POINCOT (INRA UR Sols, Orléans)

pivots logo INRA

 

Le contrôle des émissions de N2O par l’état structural des sols

Le 05 avril 2019 à 10 h 30 à l’INRA d’Orléans – Salle Dominique King

 

 

 

Résumé :

Le protoxyde d’azote (N2O) est un puissant gaz à effet de serre, et le 3e gaz responsable de l’effet de serre d’origine anthropique. Les sols agricoles représentent près de 66 % des émissions de N2O issues des activités humaines. La variabilité des émissions mesurées au champ est élevée. La structure du sol impacte à la fois la production et le transport du N2O dans le profil de sol. L’objectif de cette thèse était de comprendre le rôle de l’état structural du sol sur la variabilité spatiale des émissions de N2O. La démarche utilisée associe deux types d’expérimentations en laboratoire (à l’échelle d’un bac de 0,3 m² x 0,1 m et sur une maquette de parcelle agricole de 10 m² x 0,3 m en sol nu) à un travail de modélisation intégrant des processus physiques, chimiques et biologiques dans le profil de sol et le ruissellement, le tout à une résolution temporelle fine.

Ce travail a mis en évidence une hiérarchie entre les processus de production et de transport, qui évolue avec le temps et les conditions environnementales : dans des conditions favorables à la dénitrification, la production de N2O augmente avec la masse volumique en lien avec une augmentation de la part de porosité remplie d’eau, jusqu’à une certaine limite. Le modèle déterministe a montré que les dynamiques de la pluie et du ruissellement modifient l’intensité et la dynamique des émissions de N2O en fonction des propriétés hydrodynamiques du sol. Enfin, ce travail a confirmé la complexité du déterminisme des émissions de N2O et a permis de souligner l’intérêt de caractériser la structure du sol et les émissions à une haute résolution spatiale pour améliorer la qualité des modèles prédictifs.

Plus de détails

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX  :